Tout peut arriver, de Jonathan Tropper

  • 0
  • 3 février 2008
Tout peut arriver (Traduit de l’anglais Everything changes, ce qui n’est tout de même pas la même chose) dans la vie d’un jeune new-yorkais, dont le père s’est échappé des contraintes familiales pour vivre une vie de bohème. Zach a tout pour être heureux, une jolie femme riche, un job en or, un bon copain avec qui il partage son appartement à Manhattan, peut-être même une Rollex, qui sait ? Puis, patatras. Un matin, Zach découvre une tache de sang dans ses urines. Une nouvelle qui change son monde. Puisque tout peut s’arrêter demain, pourquoi ne pas réaliser ce que l’on a toujours voulu ? Comme déclarer sa flamme à la veuve de son meilleur ami, tué dans un accident de la route ; comme planter son job qui oblige à jouer les boucs-émissaires, les bouquets de misère, les Mallausène US. Et le père absent revient, et les fiançailles tournent au pugilat, et le cadet de Zach porte toujours autant d’amour en lui. Jonathan Tropper, l’auteur du livre de Joe reprend ici la veine de son précédent ouvrage : la vie à l’américaine, les rapports complexes à la famille, les anxiétés des trentenaires. A noter une scène culte dans le camion du groupe de rock du frère de Zach, qui rappellera quelques souvenirs à certaines de mes connaissances.
 
Tropper_Tout_peut_arriver.jpg
Partager