L’enfer c’est les Autres

  • 0
  • 17 juillet 2006

Paru sur Imédias

Les vachettes sont de retour. Avec Intervilles sur France 3, la France revient quelques décennies en arrière au temps de Guy Lux, Léon Zitrone et Simone Garnier. Au temps où René Goscinny signait les aventures d’Astérix, ce qui évitait au héros gaulois et à  son ami un peu enveloppé de finir dans une histoire en eau de boudin. En quelque sorte cela ressemble à  la série policière Cold Case. L’affaire n’a pas été classée, et il faudra encore quelques étés pour que la télévision s’affranchisse de ce genre de spectacle déjanté. De petits bonhommes bleus, blancs et rouges, cela vous rappelle quelque chose ?, tentent désespèrement d’entraîner une mini-vache dans leur sillage afin qu’elle passe dans un cerceau, ce qui leur vaudra quelques points à  convertir en cadeaux bonux. Nostalgie quand tu nous tiens. Et si c’était eux les Autres ? Ceux-là  même qui poursuivent les rescapés du vol Oceanic dans Lost. Armés jusqu’aux dents, filmés en contre-jour pour augmenter le suspense à  la fin du deuxième épisode de la deuxième saison, les Autres sont aux survivants ce que l’enfer est au paradis.

Le Sudoku des scénaristes

Avouons-le, cette entame ne dit pas grand chose sur l’énigme qui touche l’île aux disparus. A priori, la logique des scénaristes ne sacrifie en rien à  la mode du Sudoku qui déferle depuis plus d’un an sur le pays. Voire. Les nouvelles séries américaines ont repris à  Columbo ce qui l’a rendu célèbre : un final en apothèose où les thèses initiales sont battues en brèche. A la différence de l’une d’entre elles et pas la moindre : 24 heures. Car Jack Bauer n’est pas de cette trempe là . Il sait tout avant les autres, et pas longtemps avant, pour que la bombe explose tout de même. Il n’obéit jamais aux ordres que ses supérieurs lui donnent, ce qui confère à  l’ancien jeune premier une french touch bien utile en vue de l’exportation de la série dans les pays à  culture francophone. Et il a du mal à  conserver les femmes dont il s’éprend à  cause de méchants terroristes musulmans à  qui il donnerait bien un coup de boule, on pourrait en faire une chanson, s’il n’y avait pas ces foutues caméras. Après cela on s’étonnera de ne pas décompresser en vacances. Primo, il faut gonfler le matelas de plage. Deuxio, cela me rappelle que trop le bureau.

Retrouvez-moi sur un blog de stakhanoviste estival, c’est de la dernière mode de ne pas prendre de vacances en juillet-août, www.mikael-cabon.com

Intervilles_Image.jpg

Partager