Voyage aux pays du coton

  • 0
  • 5 avril 2006

L’histoire des matières premières ne doit pas se résumer à  de simples graphiques d’évolution boursières de Chicago ou de Londres. Les échanges de blé, de pétrole, de gaz, de viande disent beaucoup de l’évolution de l’histoire des hommes et des civilisations : leurs conquêtes, leurs relations diplomatiques, leur culture, leurs souffrances aussi. Alessandro Baricco, dans son merveilleux livre œSoie , parlait justement de la quête du bonheur au Japon sur le marché de la soie. Erik Orsenna, quant à  lui, vient de sortir un livre qui se veut être œun petit précis de mondialisation . Son titre : œVoyage aux pays du coton . Cette plante qui se révèle être l’une des plus emblématiques mais aussi l’une des plus consommatrices d’eau (cf la quasi-disparition de la mer d’Aral entre 1970 et aujourd’hui suite aux tentatives des soviétiques de constituer une industrie textile forte dans des zones quasi-désertiques, utilisant la force des fleuves qui alimentent la Mer d’Aral pour l’irrigation des champs de coton notamment). Avec le talent de conteur qui est le sien, œMadame B⠝, œLongtemps , œDeux étés , œLes chevaliers du subjonctif , œL’exposition coloniale …, l’ancienne plume de François Mitterrand revient sur l’histoire de cette plante pour mieux parler de la nôtre. De l’esclavagisme, des luttes intestines, rien n’échappe au regard acéré d’un Orsenna en grande forme. L’histoire du coton, par là  passe la mondialisation. Un livre paru chez Arthème Fayard, et bientôt dans les rayons des facultés d’économie.

OrsennaCoton.jpg

Partager

Commentaires

  1. […] l’émergence de l’Inde, voici le Brésil. Dans son livre sur l’aventure du coton, Erik Orsenna narrait l’explosion scientifique de ce pays qui veut devenir la ferme du monde là  o๠[…]