La France officiellement en « croissance négative ».

  • 0
  • 15 mai 2009

clagardebert

8 h 45, ce matin. La nouvelle tombe. Abominable. La France est en «  croissance négative ». L’INSEE vient de revoir ses statistiques pour l’année 2008, ce qu’elle fait chaque année a posteriori. Rien de plus normal, l’économie n’est pas une science exacte. Ici, cette modification a son importance car elle indique que techniquement la France est en récession. Mais pas aujourd’hui à  8 h 45. Depuis le troisième trimestre 2009! Soit il y a neuf mois. Rappelons qu’une récession, d’un point de vue technique, consiste en un recul du PIB deux trimestres de rang. Ce qui a donc été le cas en France en 2008. On inquiète donc l’opinion publique et renforce la psychose, l’angoisse de la population sans expliquer combien cette information n’en est pas une. Attention, mesdames et messieurs, il y aura la deuxième guerre mondiale il y a 70 ans, il y aura la grippe porcine le mois dernier… D’autant plus que certains économistes, en particulier Philippe Chalmin, spécialiste des matières premières vient de publier la dernière édition de son rapport Cyclope, véritable Bible des matières premières, annoncent que l’économie semble montrer des signes, faibles certes, de remontée.

La preuve en tient en une remontée timide et progressive du prix des matières premières, pétrole en tête, dont les cours sont fortement corrélés aux évolutions de l’offre et de la demande. Bon, cela fait une belle jambe aux dizaines de milliers de demandeurs d’emplois de plus chaque mois en France. De même que savoir que la France résiste mieux, grâce à  un modèle économique plus étatique et plus centralisateur, comme le remarque l’hebdomadaire britannique The Economist, que l’on ne peut pas soupçonner de francophilie, ne paiera pas les courses à  la fin du mois. Ce même modèle qui, s’il contribue à  protéger notre pays, du fait du niveau d’emplois protégés, est aussi un frein en période de croissance.

« Le pouvoir des mots face aux maux »

On remarquera que l’annonce de cette entrée officielle en récession a fait l’objet de plusieurs fuites. Les Echos annonçaient la nouvelle dès la veille. Tout comme l’usage de l’expression «  croissance négative », fabuleuse invention sémantique, le rythme d’annonce de ces mauvais chiffres fait l’objet d’une communication soignée. Ainsi, les chiffres du marché de l’emploi. Laurent Wauquiez, secrétaire d’Etat à  l’emploi, indique dans un premier temps «  que les chiffres ne vont pas être très bons ce mois-ci ». Puis vient la veille de la publication, l’annonce d’une fourchette de chiffres, «  entre 60 et 70.000 », puis enfin, la véritable annonce, précise, à  l’unité près. Du grand art. L’être humain s’habitue à  tout même aux mauvaises nouvelles. Et comme en plus, comprendre l’économie d’aujourd’hui relève du travail de titan, pas sûr qu’il y a ait grand monde à  comprendre ce qui se passe. L’Insee propose sur un site dédié d’apprendre aux béotiens le BA-ba des statistiques, notamment pour saisir les concepts les plus utilisés et comprendre leur sens. On lira avec attention également le livre de Lorraine Data, la bien-nommée, paru chez La Découverte : «  Le grand trucage ».

Dans cet ouvrage, dont vous trouverez un extrait d’une vingtaine de pages en cliquant sur sa couverture ci-contre, le collectifs d’auteurs, des statisticiens, explique combien l’usage des chiffres est éminemment politique. Ce type d’ouvrage n’est pas nouveau mais il a le mérite de démontrer l’impact du tout quantitatif dans notre société de communication.

A mon sens il ne faut y voir un nouveau pamphlet contre le pouvoir en place ou une illustration de la théorie du complot, mais plus simplement, le signe que la connaissance est l’impératif de la démocratie. Le pouvoir en général est hégémonique et d’autres forces, dont celle du savoir, doivent le contre-équilibrer.

On attend avec impatience non-feinte un ouvrage de littéraires sur la sémantique du pouvoir. En attendant il tarde à  Christine The Guard d’annoncer l’entrée de notre pays «  en récession positive ». Béret bas.

http://www.youtube.com/watch?v=gO6eOq4SakY

Partager