Le mot inconnu du jour : Eschatologique

  • 0
  • 21 août 2008
 
« Infliger 6 buts à la Côte d’Ivoire, sans en encaisser un seul était eschatologique ». D’habitude quand on lit des comptes-rendus footballistiques, on s’attend à autre chose qu’à un cours de vocabulaire. C’est pourtant le début de l’article du quotidien de l’Union à propos d’un match de qualification pour la CAN, le championnat d’Afrique des nations, opposant le Gabon à la Côte-d’Ivoire. Le monde du football, celui de ses supporters les plus fanatiques en tout cas, est souvent plus proche du scatologique que de l’eschatologique.

 Quelle est donc la signification de ce mot et quelle mouche a piqué le commentateur pour se risquer à l’emploi de ce mot d’origine biblique. Eschatologique est le synonyme d’apocalyptique. Recommençons. Infliger 6 buts à la Côte d’Ivoire, sans en encaisser un seul était apocalyptique. Un rapport donc à la fin du monde. Une victoire pourrait donc engager la fin du monde. Celle de la Côte-d’Ivoire. Voire.

La femme est l’avenir du football

Eschatologique c’est plus le mot qui convient pour décrire les sentiments d’après-match des footballeuses brésiliennes à la fin de la deuxième prolongation lors de la finale du tournoi olympique contre l’équipe américaine. 0 à 1, résultat final. Un superbe but en début de première prolongation et cela en était fini des espoirs des brésiliennes dont le pays reste sans victoire dans les tournois olympiques malgré la débauche d’efforts, et je ne parle pas des troisièmes mi-temps de Ronaldhino. Un match où s’opposait des brésiliennes dont les noms ressemblent à des prénoms. Jugez-en plutôt : Andreia, Simone, Tania, Andreia Rosa, Renata, Macyon, je vous en prie, Daniela, Marta, Ester, Christiane, Barbara, Francielle, Fabiana, Erika, Maurine. Malgré des assauts répétés, la cage de la gardienne américaine est restée inviolée. Et la suprématie reste américaine. Aux USA, le soccer, nom donné au football, est plutôt un genre féminin. Une des raisons de l’expatriation de David Beckham aux States ? Cela joue plus lentement qu’en ligue 1 mais on y voit de beaux gestes techniques et un sens certain de l’engagement. Cela ne surprendra pas les amateurs de football. Ce sport est éminemment politique. On lira avec attention les exploits des footballeurs irakiens, dont certains furent menacés de mort à leur retour au pays, à l’interdiction faite par les mollahs iraniens aux supportrices d’assister aux matchs, et à cette partie jouée sur la glace. En France, le championnat féminin peine à trouver ses lettres de noblesse.

http://fr.youtube.com/watch?v=bYrrlnPFdug

Et puis un match de Coupe du Monde entre le Brésil et les USA avec quatre buts de Marta, la meilleure joueuse du monde.

Partager