Un infini plus treize raisons de t’aimer

  • 0
  • 24 décembre 2015

Le nuage du temps s’estompe et je me revois il y a treize ans de cela à la maternité de Pasteur. J’accouche pour la deuxième fois. Enfin, pas moi, mais c’est tout comme, et c’est la deuxième fois. Tu pousses tes premiers cris et déjà la sage-femme t’arrache à nous. Je n’ai même pas le temps de te voir. Elle m’invite à la rejoindre dans une salle annexe. Les secondes se font des heures, et je me prépare à recevoir une cruelle nouvelle si tant est que l’on puisse s’y préparer (la réponse est : non). Restera de cette épopée épique une balafre de 18 centimètres. N’oublie pas Venise que les cicatrices sont le signe que l’on a vécu. Treize années après, treize années à écrire des histoires, à t’en raconter, à te voir grandir et t’épanouir. Il n’y a pas une raison d’aimer quelqu’un, il n’y en a aucune, il y en a un infini plus treize. Joyeux anniversaire ma fille.

 

Parce ce que tu es toujours prête à m'accompagner

Parce ce que tu es toujours prête à m’accompagner

Partager