Nous deux moins toi, de Didier Tronchet

  • 0
  • 29 mars 2008
On connaît mieux Didier Tronchet pour ses bandes-dessinées, Jean-Claude Tergal, que pour ses écrits, il est notamment l’auteur d’un traité de vélosophie, « le monde vu de ma selle ». Et pourtant, c’est avec un sens de la drôlerie singulier que Didier Tronchet conte sa rupture avec Isabelle, sa compagne, sa douce, sa dulcinée, son absente. Car Isabelle est partie. Un 29 février. Elle a laissé un mot sur le couvre-lit : « Je te quitte Jean-Claude ». Une formule « qui ne laisse que peu de place à l’interprétation ». Ce départ est l’occasion pour notre anti-héros de se laisser à l’introspection, l’activité préférée des solitaires. Quoique. De saillies en aphorismes, de calembours en camembert, pouf, pouf, la vie de Jean-Claude s’embrume sous nos yeux. Les rapports avec les femmes, les rapports avec l’infâme, la femme au rapport, une femme dans chaque port, no woman, no cry.

Nous_deux_moins_toi_Tronchet.jpg

Partager