Depeche Mode à  Prague. Shake the désir

  • 0
  • 7 août 2013

depeche-mode-prague-electronic-beats-markus-nass

Je suis tombé dans la marmite de Depeche Mode un peu par hasard. Basculons dans le passé. En 1986. Le groupe vient de sortir Music for the masses. Je suis en voyage en Angleterre. Cela doit être du côté de Plymouth. C’est le dernier jour du séjour. On achète des cadeaux pour la famille. La musique coûte moins cher de l’autre côté de la Manche. Je prends pour ma grande soeur l’album de ce groupe sous forme de cassette. Et puis au retour en France, j’écoute et je tombe sur le cul de cet album. Je ne m’y connais pas trop en musique, et je pense que cela ne compte pas vraiment. La musique est un cri de l’intérieur et les vibrations que l’on ressent dépendent de plein de choses, d’un contexte, de pensées, d’influence, de l’entourage.

Les années ont passé, et je ne dirais pas que je suis l’un des plus grands fans de ce groupe. La preuve, jusqu’à  cet été, je n’avais jamais assisté à  un seul de leurs concerts. Mais je conserve un attachement à  quantité de leurs chansons qui ont marqué plusieurs étapes importantes de ma vie. Comme j’ai pris la résolution de réaliser ce qui me tenait à  coeur avant que la mort ne m’en empêche, mes vacances ont pris pour étape, le concert Praguois de Depeche Mode. Rendez-vous le 23 juillet, dans le stade de foot du Sparta, dans une chaleur caniculaire. Au moins 30.000 personnes, dont trois brestois venus exprès, ou presque. Mes deux filles et moi. Pour un baptême du feu de Dieu. Avant, dans le tram 22 qui nous mène au stade, cela crie « Depeche Mode » avec une voix sourde, porte les tee-shirts du groupe, fredonne les chansons… Cela peut être marrant un fan finalement.

Je ne comprends pas la mode qui veut que des tas de gens aient le bras levé pour enregistrer tout le temps d’un concert, au moins 2 h 30 ici, mais je les en remercie pour le souvenir que cela permet de recouvrir le temps d’une vidéo.

Sur le show en lui-même, cet article en dit pas mal sur l’ambiance. Super pro, un peu trop peut-être. Il manquait les deux choristes d’une précédente tournée qui réchauffaient l’atmosphère.

Ici à  Prague

Là  à  Paris

Restent le plaisir, les souvenirs et le verre en plastique. Fantastique.

photo-1

Partager

Commentaires

  1. […] L’été dernier, j’étais avec mes filles place Venceslas à Prague, dans un voyage qui nous mena de Dachau, près de Munich, aux vestiges du mur de Berlin. Et oui, on rigole bien dans la famille. Mais on a aussi assisté au concert de Depeche Mode. […]