Borgen ou la confusion des sentiments

  • 0
  • 23 novembre 2012



La série danoise Borgen est une petite merveille dans le genre des séries politiques. L’histoire se déroule au Danemark où une première Ministre centriste prend la tête de la coalition au pouvoir et tente tant bien que mal de résister aux pressions liées à  l’exercice du pouvoir tout en respectant ses convictions personnelles. Là  est la gageure. Alors que le téléspectateur, français ou allemand, on est sur Arte, connaît mal la démocratie danoise et ses jeux de pouvoir, les intrigues sont rondement menées. Réalisation, acteurs, scénarios, tout s’enchaîne avec une grande cohérence.
La veine de celle de Sorkin avec « The West Wing », qui nous plongeait à  la Maison Blanche durant deux mandats d’un président démocrate.
La télévision française s’est lancée avec « Les hommes de l’ombre » dans le filon avec un peu moins de réussite la faute à  une réalisation un peu lourde, et surtout à  des histoires se concentrant sur la communication politique, plutôt que sur le thème de la politique à  l’ère de la communication.

Dans les épisodes de la deuxième saison,Birgitte Nyborg, la chef du gouvernement se retrouve confrontée à  une crise familiale grandissante et à  une succession de morts de soldats en Afghanistan. Je vous laisse regarder la suite. Ce qui est amusant est que, en zappant sur France 2, on pouvait regarder un reportage sur cette même guerre mais vue du côté français avec les mêmes interrogations, les mêmes lancinantes questions sur le devoir de rester ou la précaution de partir de ce pays en guerre. En ce sens, Borgen est universelle car la série parle du rapport de l’Homme à  la la société qui l’entoure, à  celle qui veut construire et reconstruire sans cesse. Elle interroge sur notre rapport à  la politique, entre la déraison du pouvoir et le fait que ceux qui nous gouvernent restent des Hommes et des Femmes, avec leur d’existence d’êtres humains à  mener en parallèle. Elle montre également une forme de simplicité des démocraties parlementaires à  la scandinave. La Première ministre rentrer chez elle le soir, pas tout le temps tard, dîne avec ses enfants, leur prépare à  manger parfois, ne prétend pas à  la perfection et ne s’en cache pas. Une leçon à  méditer d’un château à  un autre car il ne suffit pas de prétendre à  la normalité pour l’atteindre, encore faut-il le prouver par des actes.

Borgen. Tous les jeudis sur Arte. On peut même la regarder en danois sous-titré en français ce qui rappellera des souvenirs, et quelques sourires, à  ceux qui, comme moi, ont eu l’occasion de visiter ce petit mais doux pays, et les jardins de la Reine

:).


 

Partager

Commentaires

  1. […] Les amateurs de séries politiques reconnaîtront celle qui jouait la Premier ministre danoise dans Borgen, formidable plongée dans les coulisses du pouvoir […]

  2. […] axée sur le fonctionnement politique des institutions que Borgen, Madam Secretary est l’une des bonnes surprises des séries politiques de […]