Les f(l)emmes olympiques

  • 0
  • 28 juillet 2012

Avec les jeux olympiques, les amateurs de sport trouvent chaussure à  leur pied. Des chaussures de sport il va de soi. Ce samedi soir, trois équipes de France étaient aux prises à  des adversaires chevronnés. Contre les coréennes du du Nord en football, avec les grandes brésiliennes en basket, et en face des championnes du monde en titre venues de Norvège en handball. Chacune de ces équipes a pu remporter son combat, pardon son match. Il est toujours étonnant de voir un pays qualifié d’individualiste comme les français, trouver dans les sports collectifs la quintessence de son unité.

On peut y voir une forme d’allégorie. Celle d’un peuple qui quand il retrouve sa force de combattre dans le même sens retrouve également sa singularité. Mais le sport ne pourrait se résumer aux seuls résultats. Compte aussi la manière. Là  est la principale victoire. Si vous avez regardé ce match de football, cette rencontre de basket et cette opposition en handball vous aurez remarqué également la clairvoyance de ces joueuses, leur fair-play, un mot anglais, qui va si bien aller à  l’esprit olympique.

Je me souviens ainsi de l’ambiance bon enfant du match de préparation France-Ecosse à  Brest l’an passé. Là  où durant les matchs de foot classiques s’accumulent les insultes, qu’il en devient même inconvenant pour les pères d’y amener leurs enfants, dans l’enceinte de l’armoricaine résonnait, après la Marseillaise, les encouragements des supporters et surtout des supportrices dont la présence neutralisait les aspirations les plus machistes.

Ici, on y félicite aussi le vaincu qui est bien plus que cela un partenaire de jeu sans lequel on n’est rien. «  Ca fait plaisir », dirait l’un, «  On passerait bien les vacances avec elles », dirait l’autre. Il est troublant alors de constater que ces joueuses que l’on applaudit parce qu’elles représentent notre pays aux jeux olympiques retombent aussi vite dans un anonymat absolu. C’est peut-être là  l’avantage de ce monde semi-professionnel qu’est le sport féminin, pas encore tout-à -fait gangréné par l’argent-roi.
France télévisions qui diffuse ces jeux serait bien inspirée d’y trouver les relais si ce n’est de son audience, au moins de la qualité de ces programmes. Service public oblige.

Nota. Ce texte a été écrit grâce à  un outil de reconnaissance vocale.

Partager

Commentaires

  1. Ben dit :

    J’espère que nos joueuses françaises de football décrocheront une médaille car elles le méritent