La femme derrière sa fenêtre

  • 0
  • 30 octobre 2011

Photo trouvée sur le site http://chantalflury3unblogfr.unblog.fr/2009/06/29/femme-a-la-fenetre/

Rue de Guilers, il est une femme derrière sa fenêtre. Qu’il pleuve ou qu’il vente, que le soleil flamboie ou la neige coconne, elle est fidèle à  son rendez-vous avec l’extérieur.

Dans cet immeuble de deux étages, trois niveaux et quatre L, La Coccinelle libérée, la fenêtre crasseuse ne dépareille pas avec la façade défraîchie. De l’encorbellement de l’ouverture s’échappe une lignée de vomi dont la pluie ne réussit pas à  évanouir l’acidité.

Aux premières heures de la matinée, ou tard dans la soirée, vous êtes certain de la retrouver, parfois penchée vers la rue à  observer la file de voitures passer. Le corps dans le vide et le regard aussi, qu’est-ce qui l’empêche de sauter. L’espoir d’un lendemain meilleur peut-être, l’impossibilité de s’échapper même la tête en charpie désossée sur le bitume.

Chez elle, les fins de mois difficiles débutent le 5. De cette femme, je ne connais que le compagnon, retrouvé un soir d’été allongé devant le portail de l’entrée, ivre mort et tabassé. Autour de lui, une dizaine de personnes qui venaient d’arrêter leurs voitures pour voir ce qui se passait.

A l’arrivée des secours, les ambulanciers ne sont pas surpris.

– Il a pas l’air bien là …

– On le connaît, on a l’habitude avec lui.

– Mais il saigne de la tête…

– Vous savez, c’est un client fidèle. Il s’en remettra.

Et l’homme d’être porté dans la fourgonnette. Qu’est-ce qu’un dégrisement de plus dans un monde sans couleurs ?

Parfois, il repasse dans la rue de ses exploits pour rentrer chez lui. Son bout du monde à  lui est le rayon alcool du supermarché du coin, d’où il revient le sac résonnant des bruits des canettes qui s’entrechoquent. Des demi-litres de bière qu’il tient parfois à  la main pour étancher sa soif et son désespoir et qu’il lampe comme un mort de faim, comme si on pouvait découvrir sur ce fond métallique un ticket gagnant pour une autre vie.

Est-ce lui qu’elle attend derrière sa fenêtre ? Est-ce lui qu’elle attend derrière sa fenêtre même quand il est déjà  là  ?

Le feu passe au vert, la voiture de devant s’ébroue. C’est bientôt mon tour d’accélérer. La femme derrière sa fenêtre continue de me regarder. Pour elle, je suis l’homme derrière sa vitre. Sommes-nous si différents ?

Partager

Commentaires

  1. […] loin, une femme remonte la rue, délaissant sa fenêtre, des sacs à  la main. Plutôt jolie, les jambes fines et le regard clair. Alors qu’elle a perdu le […]