Supplique aux abdominaux : où donc vous êtes-vous enfuis ?

  • 0
  • 23 septembre 2011

Pour cet exercice d’écriture, j’ai choisi un mot. C’est tombé sur abdominaux. J’ai choisi, un genre, la poésie, et une obligation, introduire tous les mots nouveaux lus dans le livre que je viens de lire, L’entreprise des Indes, d’Erik Orsenna. Le livre retrace l’aventure de la conquête des mondes inconnus au XVème siècle du point de vue du frère de Christophe Colomb, Bartolomé. Ce n’est pas le plus grand des livres d’Erik Orsenna, mais cela satisfait le lecteur par l’audace et la beauté de la langue, et puis lui au moins, il est édité. Pouf, pouf.

Voici le résultat qui n’a rien d’autobiographique.

Où sont mes abdominaux perdus ?
Que sont devenus
le tout droit
les obliques toniques
petits et grands
Le transverse de l’abdomen

Qui préférez vous cacher
plutôt que d’affronter la triste vérité.
Quelle ode vous fera revenir
Quelle prône(1) vous interdira de partir ?

Il y a longtemps que vous êtes échappés
Tourmalet et Obisque
Erebus et Dragibus
Délaissant les vallées
Pour les grands cols de l’Himalaya
Quittant le bidouf
Pour un périple de oufs

La nature a horreur du vide
Et vous a immédiatement remplacé
Par œ1848. Amande et nougat ,
œGrand chocolat, 72% de cacao 
Et autres forfanteries du palet

Sans vous, bien sûr, mon allure est bovide
Et votre souvenir me rappelle mes années de jeunesse passées
Quand je faisais le Kékou à  Palavas
Du bateau à  Macao
Ou à  la nouba au Macumba près de Montpellier

Alors pour vous retrouver, j’ai tout essayé
Sonné à  votre dernière adresse
Personne
Pratiqué de nombreux exercices solitaires
Tractions avant, sur place, arrière,
Personne
Appelé tous les Dieux de l’univers
Aucun abonné
Essayé, flexion et réflexion
complexion et génuflexion

J’en étais désespéré
De manger j’ai arrêté
Ce fut l’exode
de la masse graisseuse
mon amoureuse
Adipe Roi.

Depuis quand je plisse les yeux
et regarde de loin
oui,
je vois bien
quelques uns d’entre vous
qui marchaient par paires

J’aperçois votre mirage
Dans un verre d’oasis
Votre ombre rougeoie
Dans une citerne à  Coca
Mais la hausse de la TVA
Le problème réglera
Ah, ça ira, ça ira, ça ira
Les abdominaux à  la lanterne
Ah, ça ira, ça ira, ça ira
Et les commensaux (4) on les pendra

Car j’ai bon espoir
De vous revoir
Un matin ou un soir
L’espoir
Carbure
Que cette sensation dure
D’une belle allure
Celle d’un fonctionnaire de sous-préfecture
D’un Alcade (2) gagné par cette cavalcade
Sans vergeture
Ni recours à  l’héliogravure
Que je n’oublie pas
étourdi comme un acéphale
De leur donner leur châtiment quotidien
Deux levé
et Trois par terre
Un Avé et quatre Pater.

Alors ! Adieu HaagdenDasz
Bonjour la bonace (5)

1. Prône. Sorte de prière religieuse. Page 57
2. Alcade. Espèce de fonctionnaire. Page 67.
3. Complexion. Teint de la peau humaine. Page 74
4. Commensaux. Pique assiette chez les animaux. Page .221.
5. Bonace. Se dit d’une mer calme. Page 226. Il y a ici dans son utilisation un jeu de mots.
6. Acéphale. Animal sans tête, donc très étourdi. Page 251

http://www.youtube.com/watch?v=uGcraj-9guM&feature=related
Partager