Ears to our world. La radio rechargeable comme instrument de partage du savoir

  • 2
  • 29 août 2011

Il ne faut pas désespérer de l’être humain. Dans mes pérégrinations pour (ré)apprendre l’anglais, j’écoute un reportage de Voice of America sur une association américaine Ears to our world. L’idée est d’offrir aux habitants de notre planète qui n’ont pas accès à  l’électricité un poste de radio rechargeable à  l’huile de coude. Un coup de manivelle, et hop le poste peut fonctionner pendant quelques dizaines de minutes. Ears to our world récolte des fonds pour acheter ces radios et les distribuer en Afrique, en Asie, dans les Caraïbes. Cela permet à  des enfants d’accéder à  l’information, de mieux comprendre le monde dans lequel ils vivent, de sentir appartenir à  une communauté mondiale, d’être mieux éduqués. En situation d’urgence, quand toutes les lignes électriques sont hors d’usage, comme cela a été le cas l’an passé à  Haïti, cela permet la diffusion de messages des organisations de secours.

A l’heure des nouvelles technologies, la radio, dont le processus d’invention a été successif avec notamment les quasi-inconnus Tesla et Marconi et égalmement beaucoup de Français, dispose d’un avantage considérable: sa simplicité.

Bref, après le reportage, j’envoie un message à  Thomas Witherspoon, le président-fondateur de cet ONG, en anglais of course, c’était aussi un exercice pratique. Il me répond en me félicitant de mon excellent niveau d’anglais, je ne le paraphrase pas, mais il évoque un «  high level », dit des mots comme «  fluent », «  excellent », «  amazing », bon, il se s’adressait pas à  moi car j’avais reçu l’un ses mails par erreur, mais cela fait chaud au cœur tout de même. Trève de plaisanterie, Thomas qui apprend lui-même de son côté la langue française ne m’en voudra pas, son idée est géniale. Elle est pratique, elle change la vie, pas toute la vie, mais un peu, et elle améliore le monde. Ce n’est pas la seule chose à  adapter dans notre monde. Mais à  défaut de changer le monde, on peut en changer une partie, parfois cela commence par la bonne éducation apportée à  ses propres enfants, en leur donnant des connaissances, des valeurs, du temps et de la considération, parfois cela peut aller plus loin, aider une association humanitaire, offrir une radio rechargeable. Leur prix est de 40 dollars, soit environ 28,25 euros. L’équivalent d’un repas au restaurant, de cinq paquets de cigarettes, de quelques tablettes de chocolat… Des scientifiques ont démontré que les gens les plus heureux étaient ceux qui donnent, partagent, leur temps, leurs argent, leurs passions. Et depuis quelques minutes, je le suis désormais un peu plus.

Partager