Apprentissage. Comment mon tailleur s’est enrichi grâce à  English Addicts

  • 0
  • 29 août 2011

Depuis un an environ, je m’escrime à  suivre une leçon d’anglais par jour. J’utilise pour ce faire le site internet English addicts, grâce au concours de l’excellent Michel Nizon, son créateur, en accès libre jusqu’à  la semaine prochaine. Le site propose sur la base d’un reportage de Voice of America, (j’espère qu’il existe aussi la même chose pour l’apprentissage de la langue française, car plus il y a de personnes qui connaissent notre langue, plus elles sont connectées avec nous) des exercices pratiques de grammaire, d’orthographe, de vocabulaire et de compréhension. Je n’ai jamais été une star en langues étrangères et me souviens avec tendresse le jour où en classe de seconde on m’a interdit de parler anglais en cours…. d’anglais parce que mon accent n’était pas assez british. J’ai aussi été interdit de chant en CM2 pour mes inaptitudes également, mais je me rattrape chaque matin sous la douche.Cela ne m’a pas empêché des moments épiques, comme donner des cours d’anglais durant mon service militaire, ce qui est là  aussi une autre histoire, ou de réaliser des interviews anglais. Dites-donc cela en fait des choses à  raconter.

Voilà  donc un an que je travaille environ 25 minutes par jour, cinq jours par semaine, le samedi c’est chinois, et le dimanche, je protège ma voix en me taisant comme Céline Dion. Et je dois dire que j’ai l’impression, et cela la dépasse même pour devenir une certitude, je m’améliore. Aujourd’hui, je peux lire un journal en comprenant 90% du contenu, ce qui me manque c’est du vocabulaire, ou bien encore écouter les chansons en anglais d’Elvis Presley en comprenant le sens.

Par exemple, sur celle-ci, il dit qu’il est dans le ghetto.

Sur celle-ci, il est dit il évoque des esprits mystérieux.

Cela change tout. Quand il m’arrive de regarder la télévision, j’active le service de VOST, version originale sous-titrée, quand il est disponible, ce qui est hélas pas assez souvent le cas. Mais cela fonctionne pour Dr House, The Mentalist, beaucoup de films… Hier soir, je regardais par exemple, Modern Family. Le service de sous-titrage est tombée en panne, out of order, et j’arrivais à  suivre. Bon, ce n’est pas très compliqué, il suffit de rire de temps en temps pour faire croire qu’on capte quelque chose.

Why? (Pourquoi?)

Mais à  quoi ça sert d’apprendre une langue, ou ici de la réapprendre?

Il n’est pas besoin qu’une chose est une utilité pour la faire. L’esprit de la connaissance peut animer l’apprenti linguiste. Quand je m’installerai au Botswana pour attendre la mort à  l’ombre des éléphants de l’Okanavongo, ou si possible avant durant des vacances prochaines, je comprendrai ce que disent les moustiques qui y parlent anglais, ce qui m’évitera le paludisme et qui justifie cet investissement chronophage à  lui seul. Et puis pour devenir ministre des Finances de Casimir, il paraît que cela peut servir.

Devenue langue vernaculaire mondiale, au grand dam des britanniques qui craignent la disparition de leur langue au profit du globish, sorte de gloubiboulga linguistique, l’anglais participe à  notre compréhension du monde, on peut regarder Al Jazeera English pour s’éveiller à  ce que pensent du monde les peuples arabes, lire le magazine Wired, in the text, avec sa superbe application pour tablette qui préfigure ce que seront les journaux interactifs de demain, ou encore accéder aux livres de Bill Bryson non encore traduits en français, ce qui est un trésor inestimable. Il me reste encore un chemin considérable à  parcourir, notamment sur la maîtrise de l’écrit, l’interaction lors de conversations, l’oral et la compréhension, pouf, pouf, mais voilà  l’important avec le chemin n’est pas toujours d’arriver au bout, l’essentiel c’est d’y être, ou alors on prend sa voiture.

Partager

Commentaires

  1. […] il propose une solution d’apprentissage de l’anglais particulièrement efficace. J’en avais parlé ici, et je vous la conseille vivement si vous souhaitez apprendre l’anglais facilement. […]

  2. […] août 2004 (1) ← Apprentissage. Comment mon tailleur s’est enrichi grâce à  English Addicts […]