Si je devais mourir demain. 9,14 choses à  faire sur ma life-list

  • 0
  • 13 juin 2011

Attention, spoiler. Les mots qui suivent dévoilent un sujet du baccalauréat de philosophie.

«  Si on devait mourir demain, qu’est-ce qu’on ferait de plus? Qu’est-ce qu’on ferait de moins », chantent les philosophes Blaise Pascal Obispo et Natashartre Saint-Pier. La double question résonne au lecteur attentif comme une assonance de la vie qui passe. Faut-il préférer avoir des remords que des regrets? Ou l’inverse. Quelles en sont les implications? Qui suis-je et je suis combien (1)? Et surtout mais où sont donc passées mes clés?

En s’exerçant, car on apprend bien qu’en se trompant, à  mettre sur le papier nos réponses à  ces questions, le plus et le moins, le bilan peut être salvateur. D’autant que la mort, ne nous en déplaise, s’approche dès que le sentiment d’immortalité s’éteint, généralement à  l’adolescence. Au sein de la superbe exposition consacrée aux femmes du monde, peintes, photographiées, dévoilées, magnifiées par Titouan Lamazou (et visible à  la cité de la voile Eric Tabarly à  Lorient jusqu’à  la mi-juillet), on peut lire ces propos d’une brésilienne de 107 ans, descendante des esclaves déportés par les Portugais : «  La mort est plus proche de moi que ta langue de tes dents ».

Un cancer personnel, une douce dépression à  tendance suicidaire, un lent accident de la route, une jolie sclérose en plaques, suffisent généralement à  dépouiller le corps et anéantir l’esprit. «  C’est trop injuste », dira le caliméro en phase terminale. Tabernacle, l’existence ne vaut-elle pas la peine d’y consacrer jusqu’à  son dernier souffle, dira l’autre, c’est-à -dire soi, car je est un autre, et or l’inverse et son contraire, donc un autre est soi. Quod erat demonstrandum »

Voici 9,14 choses que je ferai si je devais mourir demain.

  1. J’irai au Japon avec mes filles voir les cerisiers en fleurs dans les parcs de Tokyo au printemps, ce qui suppose que je passe l’hiver.

  2. Je mangerai du chocolat noir.

  3. Je me rendrai près de mes amis et mes proches pour les prendre dans mes bras et leur remettre une lettre, en formant bien mes lettres, avec des mots à  l’intérieur qui les feront rire et qui les feront pleurer.

  4. Je choisirai l’épitaphe de ma pierre tombale et les musiques de l’enterrement.

  5. Je mangerai du tourteau-mayonnaise en regardant la mer.

  6. Je dégraferai un soutien-gorge.

  7. Et 8. et 9, et 9,14. Je me mettrai à  calculer la plus longue racine de Pi et à  l’apprendre. Le record est actuellement détenu par le Chinois Lu Chao (un cousin de Manu) avec 67.890 chiffres après la virgule. Et pourquoi alors? Parce que l’exercice intellectuel conserve. Et le meilleur moyen de défier la mort est encore de cueillir avec intensité chaque moment présent.

  1. C’est le titre d’un livre du philosophe allemand Richard Precht.

Partager

Commentaires

  1. Dom dit :

    Très joli choix ces numéros 1 et 6. Je pense que je tenterai de passer une journée exceptionnelle pour ne pas songer aux regrets que nous avons tous…