Cinéma. Après le printemps, vient l’été : 500 days of summer

  • 0
  • 7 mars 2011

500 jours, ce n’est pas une histoire d’amour, c’est une histoire à  propos d’amour. Tom a un drôle de métier: il écrit le texte des cartes postales pré-imprimées. Il ne croit pas en l’amour avant de rencontrer Summer, une jolie jeune femme qui vient de rejoindre la société dans laquelle il travaille. Débute alors un jeu narratif dans le film entre le passé et le présent, durant les 500 jours, 500 jours cela me rappelle quelque chose, pendant lesquels il va côtoyer le destin de Summer. Destin auquel il ne croit pas.

Voici le résumé de ce film talentueux et original dont on peut dire qu’il renouvelle le genre des comédies sentimentales et dont la bande originale est d’une grande finesse. Et puis un héros qui porte un tee-shirt de Joy Division en aimant Patrick Swayze, cela ne s’invente qu’au cinéma même s’il n’a pas «  la tête de Brad Pitt et les abdos de Jésus » et qu’elle sent «  mauvais des pieds ».

«  Les casseroles ne chantent pas, les cartes postales et toi, si »

«  Je te regarde »

«  Je nous aime »

«  Joyeux anniversaire »

«  Chez Ikéa, il y a des meubles, je veux faire partie des tiens ». http://www.youtube.com/watch?v=XvyMG0z0FZY

«  Votre amour est parti dans les grottes de Rocamadour. Toutes mes condoléances »

«  Je m’appelle Tom. Et moi, Autumn. L’amour avant l’hiver tient au chaud ».

Partager