Le point Godwin ou la Tourette nazie. Quand Hitler, la gestapo et les SS s’insèrent insidieusement dans notre quotidien.

  • 0
  • 19 mai 2010

«  Plus une discussion en ligne dure longtemps, plus la probabilité d’y trouver une comparaison impliquant les nazis ou Hitler s’approche de 1 ».

Voilà  la définition de la loi Godwin, du nom de son penseur, Mike Godwin. En anglais, cela donne, «  Godwin’s Rule of Nazi Analogies: As a Usenet discussion grows longer, the probability of a comparison involving Nazis or Hitler approaches one ».

Dans de nombreux débats d’aujourd’hui, au sens qu’ils opposent des personnes qui ne pensent pas pareil, il arrive un moment où l’on revient 70 ans en arrière sans bien savoir pourquoi. Hitler, les SS, la Shoah, la gestapo, la collaboration sont appelés à  la rescousse de l’analogie pour condamner un propos, une idée avec laquelle le naziphile est en désaccord.

Prenons un exemple. En l’occurrence le premier article sur la home page d’Agoravox. Je viens de la consulter. L’article est intitulé «  Préfecture illogique: injustice violente durant une manifestation pacifique ». Il s’agit d’une manifestation à  Lyon entre semble-t-il des partisans des droits des homosexuels et des opposants intégristes. Dès la seconde phrase, on peut lire « moins surprise d’être saluée de la même manière qu’on saluait Adolf Hitler par une petite foule tenace ». Et dans les commentaires, on retrouve à  au moins deux reprises une référence à  la période nazie « Crs, ss », puis «  Anti républicains, racistes, anti démocrates, judéophobes, homophobes…cela ne vous rappelle rien? ». Bon, Agoravox n’est pas nécessairement un bon exemple car le débat y est dévié quasi-systématiquement.

Pas convaincu? Un autre exemple. Sur ce blog, l‘auteure pense que l’Europe est le 4ème reich.

Ou encore Silvio Berlusconi dans un débat au parlement européen.

http://www.youtube.com/watch?v=RmTehvWDN1A

Ou bien ici (vers 1’35) lors d’un débat sur l’identité nationale. On croit reconnaître la voix de Bernard Debré.

Et les exemples foisonnent.

Maxime Le Forestier à  propos d’Hadopi, à  la toute fin de l’enregistrement.

Christine Albanel avec le recours à  la Gestapo.

On peut même parler un certain point de syndrome de la Tourette nazie comme le dit l’humoriste, Lewis Black, dans l’émission The Daily Show.

http://www.youtube.com/watch?v=DxUprB7rhBo

Comme c’est le cas sur la chaîne conservatrice américaine, Fox News.

http://www.youtube.com/watch?v=-swAcidXHyM

Appeler l’histoire à  la rescousse d’une argumentation défaillante ou de mauvaise foi dessert nécessairement son auteur. Si l’on peut comprendre la référence historique dans un débat du collège de France sur la république de Vichy, sur de nombreuses questions de société, cette référence systématique à  une période passée n’est pas pertinente sauf à  tout confondre et à  comprimer l’histoire comme un élastique qui revient toujours à  la figure de celui qui y joue.

Pourquoi en est-il ainsi ?

Difficile de l’expliquer. La proximité du conflit, qui date d’il y a 70 ans tout de même, le sentiment de culpabilité qui s’est transmis de génération en génération parfois, la sidération psychologique devant tant d’horreur, l’absence de deuil des nations quant à  cette période trouble, la mauvaise compréhension ou connaissance de ces années, la faiblesse de l’art oratoire pour certains, la participation à  ce vaste génocide d’hommes de bien, l’incompréhension face à  la participation de médecins et au-delà  de quasiment, une nation toute entière, son omniprésence dans l’industrie du divertissement par les séries, les films, les jeux vidéos… Cette période de l’histoire génère toujours autant de questions que cela en devient fascinant et attire comme un aimant celui qui cherche à  comprendre l’âme humaine, ses moteurs, ses tourments et ses noirceurs.

Partager

Commentaires

  1. 4barbes dit :

    La récurrence du point Godwin c’est peut être parce que c’est une image facile, une analogie avec effet  « massue », le God Mode de l’orateur qui veut disqualifier son adversaire mais qui par cette même loi Godwin(effet du point point Godwin) se disqualifie et se condamne lui même à  être décrédibilisé.
    C’est peut être tout simplement que les nazis, Hitler est une image facile du Mal absolu, tellement intégré par tous qu’il est une idée qui se résume à  lui même . C’est un motif universel et immédiatement signifiant capable de mobiliser facilement un auditoire et d’anesthésier  son adversaire.