Un nouveau parc d’attraction va ouvrir ses portes : Detteland

  • 0
  • 1 avril 2010

MEDIA_258ceeab-1963-4d04-8cde-b3f4f0ccf822

On croyait le Futuroscope, Disneyland ou bien le parc Astérix à  l’abri d’une concurrence frontale du haut de leur réputation et de leur savoir-faire en matière d’attractions. Et bien ce temps pourrait avoir vécu. Les responsables de la société IVL (Incorporation Very Limited) viennent d’annoncer l’ouverture d’un nouveau parc d’attractions baptisé DetteLand. «  Nous pensons que le grand public peut être avide de nouveautés dans un monde de plus en plus chronophage et une société du casting et de l’immédiateté, c’est pourquoi nous prévoyons d’ouvrir ce nouveau parc d’ici l’été prochain », déclarent Franz Spiner et Harold Verbruggen, les deux associés allemands de la société qui a fait appel pour monter son tour de table à  des investisseurs russes et colombiens qui ont fait fortune dans l’électroménager, les machines à  laver pour être plus précis. Si les deux dirigeants ne veulent pas dévoiler le montant de l’investissement, il se murmure que le montant des intérêts serait équivalent au budget de l’Education nationale française.

Un grand huit et un restaurant pour gauchers

Sur 72 hectares, le parc va bénéficier de ce qui se fait de mieux en la matière avec le recours à  des designers de renoms comme Christine Theguard, Wolfgang Amadeus Schauble, et surtout le lauréat du dernier prix Putzer, George Papaconstantinou. Ces trois génies de la sensation ludique planchent déjà  sur le dossier depuis deux ans.

Le potentiel du parc est estimé par les instigateurs de DetteLand à  65 millions de personnes lors de la première année d’exploitation, rien qu’en France où sera situé le parc, boulevard Saint-Germain à  Paris.

Au niveau des attractions, Franz Spiner et Harold Verbruggen promettent un «  éclat sans pareil. L’important ce ne sont pas les réalisations mais plutôt les discours », promettent-ils de concert. Ainsi, l’entrée pourra se payer en emprunt russe ou en ZWD, la monnaie zimbabwéenne. A défaut, les visiteurs pourront contracter un prêt à  la consommation pour financer leur visite. A noter que seuls les enfants de moins d’un mètre paieront l’entrée au prix fort, à  l’inverse de ce qui se pratique dans le secteur. Les adultes, et notamment les têtes toutes grises, se verront offrir, en plus de l’entrée, un bouquet de promesses et un superbe Tee-Shirt (voir l’illustration)

pépitos

Au milieu du parc trônera une maison close. Véritablement fermée, l’endroit sera effectivement inaccessible au public. Il s’agit du «  Palais de la croissance future ». Pour ne pas sacrifier à  la règle d’or des parcs d’attraction, on y trouvera une multitude de restaurants rapides dont Un Burger King dédié aux gauchers. Sur le plan des attractions, un grand huit des finances publiques, sorte de montagnes russes de dettes, long de trois kilomètres, uniquement sous tunnel, sera le point d’orgue de ce parc. Intitulé «  Les Trente piteuses », l’attraction prévoit de fournir gratuitement des sacs percés assurés par la CPAM au cas où les visiteurs seraient pris de nausées lors de leur voyage. Suite à  la libéralisation sur les jeux d’argent, un casino sera également ouvert, mais uniquement aux enfants, qui pourront y gagner plusieurs millions par jour, «  uniquement en monnaie de singe bien entendu », affirme Georges Monkey, l’ingénieur en chef du projet.

Artur 1D

Près de ce casino sera érigé le Château de la Dette au bois dormant, splendide demeure, qui fera également office de cathédrale pour les titulaires de la carte de fidélité «  Les dévots de la dette ». Pour les visiteurs qui voudraient s’affranchir de la file d’attente polemploi, il sera possible, sur le modèle des parcs traditionnels, de disposer d’une carte Pass Plus. Sous la forme d’un bouclier fiscal, elle permet de sauter directement dans le vide ou bien de se réfugier en Suisse. Les nouvelles technologies ne sont pas oubliées puisque des minitels seront à  disposition gratuitement à  travers le parc. On pourra y jouer à  des jeux « Free to play », dont le tout nouveau Arthur 1D. Le game-play est assez addictif mais nécessite une paire de lunettes sans foyers, ce qui devrait permettre à  100.000 SDF de faire parler leur technique. On pourra également traverser « La rivière sans retour », habillé en Marylin Monroe, en marchant sur la tête. En considération de leur situation, les porteurs du maillot de Liverpool et du Real Madrid seront dispensés de payer cette attraction. « Il nous faut bien montrer notre désir de démocratiser les loisirs, y compris, et peut-être surtout, nonobstant, in fine, les plus nécessiteux du point de vue précédemment évoqué lors de l’alinéa de la commission de contrôle »,

En face du parc, au bar des Amis de la Banque, on se réjouit de cette installation. «  Non, non, on n’est pas inquiet. Plein de gens, c’est quand même ça qu’on a trouvé de mieux pour faire des affaires », rigole René, le patron-directeur-général de l’estaminet, un verre de Chivas à  la main. Nous en tout cas, on a décidé de faire happy-hour toute la journée dès l’ouverture de ce parc », enchérit-il, entouré de ses amis Iga et Grichkor. Ils attendent avec impatience le grand concours de Karaoké qui va être organisé pour lancer la communication du parc. On connaît déjà  le gagnant : il s’agit de Major Company.

Dernière minute. Un incident lors du premier test du grand huit.

Hélas, l’annonce de la nouvelle a été assombrie par un incident qui a touche les bêtas-testeurs de l’attraction phare du parc comme le montre cette vidéo amateurs qui filmaient les contribuables associés.

http://www.youtube.com/watch?v=nWqqQvNvfoo

Partager