Les Extraordinaires aventures de Kavalier et Clay, de Michaà«l Chabon

  • 0
  • 19 janvier 2010

Bonjour Michaà«l,

Pour tout dire, on nous a souvent confondu. Mikaà«l Cabon “ Michaà«l Chabon, c’est presque pareil. Plusieurs fois on m’a demandé, vous êtes bien «  Michaà«l Chabon? ». Je répondais «  oui » avec aménité mettant sur le compte de l’accent chuintant qu’ont certains auvergnats en ouvrant la bouche ce trouble lexicographique. Sur les moteurs de recherche, je pressentais que certains internautes américains atterrissaient sur ce site en pensant à  vous, en pensant à  toi. J’ose croire que la réciproque est vrai. Il me tardait donc de lire ce que mon presque homonyme avait pu écrire. J’ai mis du temps car tu es écrivain depuis quelques temps déjà  et je dois dire que je suis très fier de moi, euh, de toi.

Avec «  Les Extraordinaires aventures de Kavalier et Clay », c’est une véritable plongée dans l’histoire de l’Amérique des années 30 à  l’aube des années 60 via le prisme des comics, ces bandes-dessinées mettant aux premières loges les super-héros, que tu nous adresses. Ces auteurs imaginaires, Kavalier et Clay, deux cousins, l’un au scénario, l’autre au dessin, vont révolutionner les comics-books pour leur donner un sens politique alors que les nazis entreprennent leur travail de destruction en Europe et éliminent les juifs dont les parents de Kavalier, originaire de Prague et venu se réfugier chez son cousin Clay aux Etats-Unis. Sans compter leur imagination sans pareille.

C’est drôle souvent, émouvant parfois, enlevé et presque irrésistible. Pour tout dire, cela m’a donné envie d’aller me coucher pendant la semaine que m’a pris cette lecture, 850 pages. C’est le critère qui me permet de juger si le livre me plaît ou pas. En parallèle, je lisais, c’est un peu un hasard mais qui fait bien les choses une bande-dessinessai, dans le sens où le fond est de l’ordre de l’essai, mais la forme est une bande-dessinée « Réinventer la bande-dessinée » de Scott McCloud. L’homme est un penseur de la BD moderne. Il dessine beaucoup mais réfléchit aussi, ce qui n’est pas incompatible. Dans son livre, il explique toute l’importance que la BD, les comics aux USA, ont pu prendre et leur passage progressif d’une distraction à  un art complexe. Il raconte également toutes les difficultés que les comics ont pu rencontrer ou rencontrent aujourd’hui pour s’imposer: une trop grande proximité dans les personnages et les histoires, l’absence ou presque de dessinateurs issus des minorités visibles ou non, leur quasi-interdiction et les autodafés qui suivirent la plainte d’un pédopsychiatre, Wertham, après guerre, un réseau de distribution en perte de vitesse, la question des éditeurs . Et propose des pistes de réflexion pour l’avenir des comics. C’est diablement bien fait. Je ne suis pas tout à  fait capable de dire si le propos est juste et pertinent, je laisse cela aux spécialistes de ce secteur mais en tout cas l’argumentation se tient.

http://www.dailymotion.com/video/x2j4bg_prince-batdance_music

Bref, je ne sais pas Michaà«l, si tu as lu ce livre de McCloud. Vos deux livres sont sortis la même année aux Etats-Unis. Donc, si c’est le cas, ce serait plutôt après avoir écrit ton livre qui te valut le prix Pulitzer (dont je ne sais s’il est un critère absolu de qualité littéraire mais ce que j’ai pu lire, Le déclin de l’Empire Whiting, de Richard Russo, la Conjuration des imbéciles de JJ Toole, ou Maus de Spiegelman, m’ont ouvert des univers et des auteurs qui me seraient restés inconnus sinon).

Pour cette histoire et ces bons moments, merci.

Un cadeau bonus pour les fans de Batman.

http://www.youtube.com/watch?v=slaoFHvvBlg

Partager

Commentaires

  1. MaudSoulat dit :

    Vous avez presque le même look aussi
    A quand une chronique de Michael Chabon sur un ouvrage de Mikaà«l Cabon ?