La question peut faire frémir. Elle se pose cependant en toute liberté sur les sites proAna (pour pro-anorexiques). Ces sites sont utilisés par de jeunes filles pour vanter les mérites de l’anorexie et en décrire les symptômes et l’évolution. Popularisée par le web puis par des émissions de télé y consacrant des sujets, la communauté pro-Ana est cependant, et c’est heureux, débordé par les antis. La nature, et ici la culture, générant le tout et son contraire. Rappelons que l’anorexie touche 2% des femmes à  un moment donné de leur existence comme le rappelle cet excellent dossier du site Doctissimo.

La récente actualité avec le décès de deux mannequins depuis septembre, la première en Uruguay, la deuxième au Brésil, qui se prénommait, comble de l’ironie, Ana, ou encore, de l’autre côté, l’interdiction faite aux mannequins anorexiques de défiler à  Madrid, montre l’acuité de la question et de ses dangers. A noter qu’il y a également beaucoup d’intox quant à  la notoriété et la quantité de sites proAna, qui sont, somme toute, difficile à  trouver par l’intermédiaire de moteurs de recherche. (Enfin, petit rappel pour les très nombreuses personnes qui m’écrivent en m’interrogeant sur ce qu’elles doivent faire : je ne suis ni médecin, ni qualifié pour répondre. Je les invite à  prendre rendez-vous chez leur médecin traitant pour échanger avec lui et/ou en consultant ce site : http://www.anorexie.com/fr/)

Dans cet autre article, j’évoque le thème : Comment ne pas devenir anorexique.

Ci-contre, un dessin de Patrick Chapatte.

Anorexie Chapatte

(Note pour les commentateurs-trices : évitez le style SMS pour faciliter la lecture des internautes. Merci)

Partager